(Enfin) une plate-forme de diffusion de nos savoirs et savoir-faire!

Il aura fallu plusieurs années d’errances pour enfin recouvrer un site internet qui héberge la totalité des productions écrites et publiées par la Fondation SEFACIL. Avec cet outil de diffusion, l’accessibilité et la lecture des supports proposés par le réseau mondial de la fondation sont grandement facilitées.

Sous égide de la Fondation de France, la Fondation SEFACIL est un laboratoire d’idées prospectives et stratégiques qui donne accès à des milliers de pages d’analyses produites par des centaines d’experts et d’observateurs-spécialistes des mondes maritime, portuaire et logistique.

Avec ce site internet, vous pouvez dorénavant télécharger en libre accès et de manière totalement gratuite les 7 volumes qui composent la collection Les Océanides ainsi que les 5 opus de la collection Afrique Atlantique. Vous retrouverez des documents produits « hors-collection » ces dernières années ainsi que les principales références de travaux de recherche publiés chez d’autres éditeurs internationaux.

Avec la rubrique Analyse, c’est l’opportunité de continuer ce que nous avons initié ensemble sur les réseaux sociaux professionnels ces dernières années : échanger et débattre sur les évolutions opérationnelles et stratégiques des secteurs portuaires, maritimes et logistiques internationaux. Vous pouvez ainsi suivre un fil d'actualités qui anime les discussions que nous pouvons avoir au sein du réseau international de la Fondation.

Avec Perspectives Portuaires Africaines (PPA), c’est l’ancrage francophone africain qui fait l’objet d’une production bimestrielle de la part des partenaires du réseau portuaire Afrique Atlantique créé par le Professeur Dr. Benjamin Steck. PPA vise à garantir la diffusion d’analyses qui prennent pour terreau la connaissance du terrain et la pratique des opérations dans les ports et corridors logistiques subsahariens.

Avec ce nouveau site, vous avez la possibilité d'échanger avec le Délégué Général pour soumettre un projet de recherche appliquée, échanger sur une opportunité de publication, intégrer un réseau de recherche animé par Sefacil, co-écrire une contribution dans une de nos références, etc. Evidemment, en qualité de futur donateur, vous pouvez revenir vers nous pour valider un don afin de soutenir nos travaux et leur diffusion universelle.

Excellente navigation à vous toutes et tous en espérant vous retrouver au détour d’une conférence à Dakar, d’un séminaire à Pointe-à-Pitre, une visite logistique à Almaty ou plus simplement dans nos locaux du Havre, de Nantes et de Paris!

Publié le 3 février 2021

L’Accord de libre-échange continental africain (ZLECAf) aurait-il oublié les secteurs maritimes et portuaires?

En partenariat avec le Journal de la Marine Marchande et sa rédactrice en chef Adeline Descamps, nous reprenons ci-après une partie de l'article publié dans les colonnes du JMM en date du 21 janvier dernier sur les dimensions maritimes et portuaires qui semblent manquées cruellement dans les perspectives énoncées dans l'Accord de Libre-Echange Continental Africain qui est entré en vigueur officiellement le 1er janvier 2021.

Trois idées prospectives à cogiter dans la pratique du futur commerce intra-continental africain... sans attendre 2035

  1. Soutenir une politique de cabotage régional et de développement du transport maritime courte distance

A l’instar de ce que l’on constate sur Tanger Med, Pointe-Noire ou Lomé, le transbordement maritime africain devient une réalité opérationnelle. Une ZLECAf maritimisée questionne la pertinence de politiques sous-régionales de soutien au développement du TMCD intra-africain. A partir des matrices des trafics actuels et des potentiels avérés, un commerce maritime intra-africain pourrait se consolider en autant que des politiques de facilitation et d’harmonisation multilatérales permettent de déployer des services maritimes fiables, réguliers et compétitifs entre les différentes zones de marchés continentales.

La compétitivité et la soutenabilité du développement maritime intra-continental africain exige de considérer des passages portuaires attractifs pour des unités calibrées pour servir l’intensification des échanges maritimes intra-africains. Une politique tarifaire dédiée à soutenir cette perspective doit être pensée en impliquant les autorités portuaires et les opérateurs de manutention. Réduire les droits et taxes portuaires constitue un élément fondamental de l’équation commerciale intra-africaine avec la perspective d’augmenter les volumétries et les escales dans les grands ports mais aussi et surtout dans les établissements de moindre taille.

Les écosystèmes portuaires représentent des points de collecte vitaux pour les finances publiques africaines. Avec l’accélération des processus de digitalisation dans la plupart des ports africains, la simplification de procédures douanières dématérialisées doit stimuler les échanges maritimisés intra-africains. En plus de la réduction sur les droits et taxes sur les trafics intra-africains, ces réformes instituées dans les ports seraient des leviers indispensables pour fixer des investissements industriels et manufacturiers dans des territoires portuaires à haute valeur ajoutée économique, logistique et stratégique.

Pour retrouver une version complète (disponible uniquement en anglais) de l'AfCFTA, c'est ici:

AfCFTA report cover

Welcome to « Happy Feedering »

L'année 2020 restera marquée comme exceptionnelle dans sa volatilité stratégique sur quasiment toutes les routes maritimes de lignes régulières conteneurisées. Les effets logistiques de la crise pandémique paraissent pour le moins surprenants, générant notamment des résultats financiers exceptionnels pour les armements dominants et des fortunes très diverses pour les autorités portuaires et même pour certains manutentionnaires spécialisés.

En collaboration avec Nicolas Montier, la fondation SEFACIL a produit une série d'analyses sur les nouvelles hiérarchies portuaires qui semblent poindre au fur et à mesure que se dessinent de nouvelles compétitivités. A l’instar des travaux portés par l’IAPH sur les ports nord-européens pour connaître l’impact de cette crise pandémique sans précédent, nous avons entamé une analyse des escales des navires porte-conteneurs sur la seule route Asie-Med-Europe pour observer les conséquences des stratégies arbitrées par les alliances.

Une première production se retrouve dans les tribunes du Journal de la Marine Marchande avec un titre explicite:

Vers une nouvelle hiérarchisation portuaire ouest-méditerranéenne ?

Le feedering est toujours considéré comme une forme de déclassement dans la compétition portuaire internationale. Or, l'intensification des connectivités maritimes depuis quelques super mega hubs pourrait être renforcée par le déploiement plus fréquents de navires de moindre taille que les ULCC sur les ports dits "gateways". Cela signifie plus de touchés portuaires et même une possible amélioration des services sur les arrières-pays via plus d'opportunités de slots de chargement/déchargement.

Trois grands enseignements sont synthétisés ci-après :

  1. Plutôt que de subir un déclassement dans la stratégie sélective du blank sailing, les autorités portuaires qui ne sont déjà pas des hubs (Barcelone, Marseille, Gênes) doivent intensifier leur offre commerciale vis-à-vis des futurs services maritimes continentalisés, dans une logique marchande de «happy feedering»
  2. Une plus grande quantité et régularité de services maritimes alimente un «volume continu» de trafics «In/Out» qui permet aux autorités portuaires d’investir dans les drainages multimodaux dans le but d’optimiser leur attractivité terrestre sur l’arrière-pays.
  3. Les innovations technologiques deviennent «différenciantes» pour proposer des services à haute valeur ajoutée tant sur les marchandises que sur les matériels (terrestres et maritimes). Transition énergétique, dématérialisation des services et simplification des procédures deviennent (vraiment) des arguments communautaires qui font la différence auprès des chargeurs et des armateurs.

Les résultats détaillés de l'analyse sont à retrouver dans une tribune de la Transport Newsletter de la CNUCED, publié sous la direction de Jan Hoffmann en suivant le lien suivant :

Yann Alix – Pierre Chabal – Kuralay Baizakova (sous la dir.) – 2021

Evolving regional values and mobilities in global contexts

Depuis 2012, un groupe de recherche Asie-Europe a été consolidé par le Prof. Dr. Pierre Chabal et la Fondation SEFACIL apporte un support logistique, scientifique et financier aux travaux du collectif qui regroupe des enseignants-chercheurs de plus de 15 pays d’Europe et d’Asie.

Cette production constitue une des nombreuses contributions écrites publiées par le collectif sous la direction de Pierre Chabal chez P.I.E. Peter Lang – Belgique. Dans la collection « New International Insights », cet ouvrage pluriel analyse en profondeur la fusion progressive de l'Europe et de l'Asie dans une dynamique eurasienne combinant les aspects institutionnels, identitaires et géostratégiques. A travers des textes portant sur les politiques de coopération, la concurrence régionale, les limites des régions, la compréhension mutuelle, les échanges transfrontaliers ou encore les développements périphériques arctiques, cette compilation démontre que les développements de l’ensemble Eurasiatique dépassent les désignations de sous-régions. 

Pour retrouver la référence de l’ouvrage : https://www.peterlang.com/view/title/73516

TOME III: Réflexions sur la force de travail dans les milieux portuaires et péri-portuaires – 2018

Télécharger

TOME II: Moderniser les ports ouest-Africains. Enjeux et perspectives – 2018

Télécharger

TOME I: Le port dans la ville – 2017

Télécharger

Tome V: Gouverner ports, transports et logistique à l’ère du numérique – 2020

Télécharger

Tome IV: Construire la ville portuaire de demain en Afrique Atlantique – 2019

Télécharger

Jean Grosdidier de Matons – 2012 

Les concessions portuaires

La concession, technique de partenariat public-privé, est pratiquée dans les ports de pays de droit administratif, en particulier en France, depuis plus de deux siècles. Elle se développe sous le nom de B.O.T. (Build, Operate, Transfer) depuis quelques décennies dans les ports de pays de common low.

L'auteur a donc voulu en faire connaître les fondements et les caractéristiques juridiques, économiques et financières, dans les systèmes de droit où elle est née et où elle se développe désormais. La démonstration s'appuie aussi bien sur la riche jurisprudence française en la matière, que sur les législations et les cahiers des charges de pays aussi divers que l'Inde, l'Ile-Maurice et le Mexique.

De simple technique juridique, la concession est donc devenue une institution essentielle qui réconcilie droit public et droit privé, intérêt générale et intérêts particuliers, satisfaction des besoins de la collectivité et des exigences du commerce maritime.

MEP-concessionsTélécharger

Juliette Duszynski – 2015

The Grain Network  

Notre monde est dominé par les flux et les chaînes de valeur sont désormais mondiales. Ce contexte invite à pose la question du rôle des territoires aujourd’hui, éléments interchangeables d’une chaîne de valeur fragmentée. Le « gateway » comme modèle d’organisation de l’hinterland portuaire peut permettre aux territoires de créer de la valeur ajoutée de ces flux qui le traversent. 

Cet ouvrage offre à trois échelles d’analyse (mondiale, nationale et locale) une vision des enjeux liés à la filière céréales. L’analyse de la chaîne de valeur de la filière céréales française montre la multiplicité des acteurs et l’importance de la chaine logistique, support de l’efficacité et de la compétitivité de cette filière. 

The Grain NetworkTélécharger

Pierre Chabal (sous la dir.) – 2015

Concurrences interrégionales Europe-Asie au XXIème siècle

250250

Depuis 2012, un groupe de recherche Asie-Europe a été consolidé par le Prof. Dr. Pierre Chabal et la Fondation SEFACIL apporte un support logistique, scientifique et financier aux travaux du collectif qui regroupe des enseignants-chercheurs de plus de 15 pays d’Europe et d’Asie.

Cette production constitue une des nombreuses contributions écrites publiées par le collectif sous la direction de Pierre Chabal chez P.I.E. Peter Lang – Belgique. Dans la collection « Enjeux Internationaux », cet opus #33 compile 30 contributions pluridisciplinaires sur l’évolution des relations interrégionales de l’Europe aux confins de l’Extrême-Orient. L’apport de la fondation SEFACIL repose sur les dimensions géostratégiques d’une logistique transcontinentale avec le rôle clé des Etats enclavés de l’Asie Centrale dans la circulation des flux de marchandises et la création de valeurs ajoutées territorialisées. 

Pour retrouver la référence de l’ouvrage : https://www.peterlang.com/view/title/51064

Nicolas Mat – Juliette Cerceau – Yann Alix – 2015

Economie circulaire et stratégies portuaires – Note stratégique et prospective

Cette note porte sur l’intérêt du concept d’économie circulaire et d’écologie industrielle pour le développement des territoires portuaires avec quatre défis majeurs étayés à partir des démarches actuelles, des dynamiques portuaires, des succès et des facteurs limitants. 

Défi #1 : Se positionner comme territoire stratégique pour la mise en œuvre de l'économie circulaire

Défi #2: Définir les périmètres d'analyse et d'action pertinents du territoire portuaire pour la mise en œuvre de l'économie circulaire

Défi #3: Reconsidérer la fonction du port dans la circulation des ressources

Défi #4: Articuler les initiatives régaliennes d'économie circulaire et structurer une communauté d'acteurs portuaires de l'économie circulaire

Note Economie circulaireTélécharger

Pierre Chabal (sous la dir.) – 2016

L’Organisation de coopération de Shanghai et la construction de la « nouvelle Asie »

Depuis 2012, un groupe de recherche Asie-Europe a été consolidé par le Prof. Dr. Pierre Chabal et la Fondation SEFACIL apporte un support logistique, scientifique et financier aux travaux du collectif qui regroupe des enseignants-chercheurs de plus de 15 pays d’Europe et d’Asie. 

Cette production constitue une des nombreuses contributions écrites publiées par le collectif sous la direction de Pierre Chabal chez P.I.E. Peter Lang – Belgique. Dans la collection « Enjeux Internationaux », cet opus #36 compile les analyses d’experts issus des quinze pays affiliés à l’Organisation de Coopération de Shanghai. Cet ouvrage pluridisciplinaire et multiculturaliste traverse avec une grande diversité les ingrédients politiques, stratégiques et géopolitiques qui font de l’OCS une organisation systémique et structurante.

Pour retrouver la référence de l’ouvrage : https://www.peterlang.com/abstract/title/51086

Arnaud Serry – 2018

Le transport maritime en mer Baltique – Note stratégique et prospective -

La mer Baltique présente quelque chose d’unique avec une histoire ancienne liée à la ligue hanséatique et une histoire contemporaine qui illustre son rôle de trait d’union culturel et commercial. D’un point de vue maritime et portuaire, les enjeux sont multiples et dépassent la simple insertion d’un système de transport dans l’organisation maritime mondialisée de laquelle la mer Baltique était encore en marge il y a peu de temps. 

Cette note stratégique et prospective a été produite en amont du premier colloque international du réseau BALTIC SEAS de la fondation SEFACIL tenu à la Lithuanian Maritime Academy de  Klaïpeda en Lituanie en mai 2018.

Note Transport_baltiqueTélécharger

TOME II: Logistique et transport des vracs – 2013

Télécharger

TOME V: Prospective maritime et stratégies portuaires – 2018

Télécharger

TOME III: Port-city governance – 2014

Télécharger

TOME I: Les corridors de transport – 2012

Télécharger

TOME IV: Economie circulaire et écosystèmes portuaires – 2015

Télécharger

TOME VI: Baltic – Artic: Strategic Perspective – 2019

Télécharger

Gilles Scognamiglio

Gilles Scognamiglio dispose d’une expérience de plus de 25 ans dans le conseil en management avec une spécialisation dans les secteurs maritimes, portuaires et logistique. Il a été responsable, en tant qu’associé au sein du cabinet Ernst & Young, des activités portuaires et maritimes. En 2014 il a créé le cabinet international Abington Advisory, premier cabinet de conseil Darwinien.

Gilles Scognamiglio est reconnu comme expert en matière de transport maritime, autorité portuaire et logistique (report modal, ports secs, transport routier et ferroviaire). Il conseille de nombreuses autorités portuaires en France comme à l’international (Afrique, Caraïbes, Amérique du Nord). Il est membre du Cluster Maritime Français et assure la présidence de la Fondation SEFACIL depuis 2019.

Mikaa Mered

Spécialiste des enjeux industriels, géoéconomiques et stratégiques de l'Arctique et de l'Antarctique, d'abord consultant dans le secteur privé puis conseiller technique et évaluateur de projets pour le public, Mikaa Mered est aujourd'hui enseignant en géopolitique des Pôles et de l'Hydrogène ainsi que responsable d'un diplôme de niveau BAC+5 en gestion de projets internationaux appliqués à l'environnement.



Conférencier depuis 2013, Mikaa Mered a effectué plus de 200 interventions publiques sur les risques et enjeux polaires dans 20 pays (Russie, Chine, Etats-Unis, Singapour, France...). En 2019, Mikaa Mered publie "Les Mondes Polaires" (528 pages, PUF). Fruit de plus de 10 ans de recherches, analyses, missions, livrables et expériences sur le terrain, cet ouvrage remarqué par la critique, a été en lice pour trois prix littéraires et a remporté le Prix du Livre Géopolitique des Prépas 2020.


Depuis 2017, Mikaa Mered travaille tout particulièrement sur les potentiels très importants de l'hydrogène bleu et vert dans les régions polaires. En partant à la fois d'approches régionales (Arctique, Afrique, Moyen-Orient...) et d'approches sectorielles (mobilité, maritime, bâtiment, exploration spatiale habitée...), Mikaa Mered aspire désormais à faire connaître ces enjeux et ces potentiels, notamment dans le cours spécialisé "Géopolitique de l'Hydrogène" donné à I‘École des Relations Internationales (ILERI).

Marie-Noëlle Tiné-Dyèvre

Marie-Noëlle Tiné-Dyèvre est depuis 2007 Directrice adjointe du Cluster Maritime Français qui rassemble tous les acteurs de l’écosystème maritime (plus de 430), de l’industrie aux services en passant par les associations et centres de recherche. Le CMF accompagne ses membres dans le développement durable et responsable de leurs activités et de leurs projets, en France et à l’international, via différentes actions.

Marie-Noëlle Tiné-Dyèvre est également présidente de l’association française du réseau international WISTA qui rassemble des cadres et dirigeantes du secteur maritime (3000 membres dont 150 en France) dont l’objectif est d’y promouvoir la place des femmes.  Conseillère du Commerce Extérieur de la France, elle anime un groupe d’expert de l’économie maritime. Elle est Capitaine de corvette dans la réserve citoyenne de la Marine, auditrice IHEDN « Enjeux et stratégies maritimes » et Chevalière du Mérite Maritime.

Jean-Pierre Chalus

Jean-Pierre Chalus is the Chairman of the Board of Directors at Guadeloupe Port Caraïbes. He has been unanimously elected President of the French Ports’ Union (UPF) at the Board meeting on November 05th, 2020.

Jean-Pierre Chalus is a General Engineer of Bridges, Waters and Forests. He previously held the position of Executive Delegate at the Union of French Ports from January 2019 to June 2020, and Chairman of the Board of the Grand Port Maritime of Nantes Saint-Nazaire from February 2010 to December 2018. Born in 1965, he grew up in Puy-de-Dôme, and held several positions in the equipment units of the administrative jurisdictions of Oise, Rhône, Haute-Savoie and Vaucluse.

In 2003, he served at the Société des Autoroutes du Sud de la France (Society of Motorways of the South of France). In 2006, he set up the Massif Central Interdepartmental Roads Department before taking over, two years later, the head of the Grand Port Maritime of La Rochelle (GPMLR).

Christophe Foucault

Christophe Foucault est Directeur Général et Président du Directoire de CEIBA, société pionnière des Port Community System dans les Caraïbes.

Homme d'expérience très engagé dans le monde de la logistique, Christophe Foucault a débuté sa carrière dans le monde du transport routier en France. Durant cette période, il intègre l’Ecole Supérieure des Transports Paris VIII pour cumuler des diplômes en Sciences Economiques, Commerce International et Logistique. En 2013 Christophe Foucault décide d'utiliser son background pour avancer avec la communauté portuaire de Guadeloupe et prend la Direction de la Société CEIBA.

En 2015, CEIBA accompagne le succès de l'implantation du PCS sur les terminaux Jamaïcains.

A ce jour Christophe Foucault continue de monter des projets d'avenir au travers de sa société. Il est aussi bénévole et très impliqué dans le monde associatif de la création d'entreprise, des nouvelles technologies, de soutien à l'économie et aux populations.

Nicolas Bevière

Nicolas Bévière est consultant depuis 10 ans.  Ingénieur Centralien, il a d’abord accompagné tout type de clients dans leurs projets informatiques avant d’arriver pleinement dans le monde portuaire et maritime en travaillant avec Gilles Scognamiglio.

Depuis 7 ans, il sillonne les ports français et africains au gré des diverses missions de gouvernance, stratégie, logistique ou bien informatique. En 2015, il participe pour le MEDDE à la partie prospective du projet AnNA pour l’avenir des guichets uniques portuaires nationaux. En 2016, il intervient pour la 1ère fois en Afrique, à San Pedro en Côte d’Ivoire, pour la définition du plan d’entreprise du port, devenu depuis un client régulier.

En 2017, Nicolas Bévière accompagne le GPM du Havre dans un de ses projets PIA3, dont le but était de fournir pour la première fois un outil portuaire multi-service innovant dédié aux transporteurs routiers. En 2019, il représente la fondation lors du séminaire du CIP (Inter-American Committee on Ports) au Panamá sur les enjeux du développement d’une économie circulaire dans les Caraïbes.

Antoine Berbain

Ingénieur divisionnaire des travaux publics de l’Etat, ingénieur des Ponts, des Eaux et Forêts, Antoine Berbain bénéficie d’une quinzaine d’années d’expérience dans le domaine de l’aménagement. Chef du service technique de la voie d’eau au Service Navigation de la Seine (SNS) de 2006 à 2010, puis directeur de l’aménagement de Ports de Paris, il est nommé en janvier 2014 directeur général délégué de HAROPA.

En mars 2020, Antoine Berbain a été nommé Directeur Général du Port de Paris.

Vos avantages

Sous l’égide de la Fondation de France, la fondation SEFACIL permet aux entreprises françaises de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 60% du montant de leur don, dans la limite de 5 pour mille de leur chiffre d’affaires hors taxes. Grâce à Friends of Fondation de France, toute entreprise internationale présente sur le territoire américain peut également bénéficier de déductions fiscales encore plus favorables selon les cadres légaux américains (jusqu’à 100% de déductions).

Nos missions

La dotation de bourses de recherche, le déploiement de partenariats Nord-Sud / Sud-Sud ou encore la production d’ouvrages collectifs, de notes stratégiques et d’événements d’envergure constituent les principales opérations de la fondation SEFACIL. L’accompagnement de projets de recherche appliquée et la création de produits pédagogiques innovants sont possibles qu’avec le soutien d’entreprises privées et l’engagement d’organismes et institutions publics nationaux et internationaux.

Notre fonctionnement

Placée sous l’égide de la Fondation de France, la fondation SEFACIL est un fonds individualisé initié en 2010 par la communauté portuaire et logistique du Havre en France. Premier laboratoire d’idées prospectives et stratégiques dédié aux analyses maritimes et portuaires, la fondation SEFACIL a pour ambition d’animer et de développer un pôle mondial d’excellence francophone et francophile. La fondation SEFACIL a pour vocation d’analyser les changements qui influent, perturbent et stimulent la structuration des réseaux maritimes, portuaires et logistiques internationaux.

Quand le vide coute cher au consommateur final africain

Début janvier 2021, la réservation d'un slot pour un conteneur "Dry" de 20 pieds depuis Shanghai vers Lagos coute 6630 US$ selon le Shanghai Containerized Freight Index (SCFI). C'est évidemment un record qui a pris une augmentation de 2,5% ou 434 US$ en une seule semaine en 2021.

A cela peut être aussi considéré que les importateurs ouest-africains doivent honorer également depuis le 1er janvier une EMPTY EQUIPMENT IMBALANCE CHARGE de 150 US$/TEU sur les trafics maritimes conteneurisés en provenance d'Europe et de Med.

Ces pratiques commerciales rappellent que sur des marchés émergents comme ceux de l'Afrique subsaharienne, l'import "paye" souvent l'export pour compenser les déséquilibres chroniques de flux qui caractérisent des économies faiblement industrialisées et "manufacturées". Les consommateurs du continent supportent indirectement les conséquences d'une gestion stratégique des capacités orchestrée par quelques opérateurs maritimes dominants. Ces derniers privilégient les trades les plus rémunérateurs, en premier lieu desquels la Chine et l'Intra-Asie comme nous l'avions déjà commenté dans un post linkedin à retrouver ici :

Il n'est pas inutile de rappeler que le top 3 A.P. Moller - Maersk MSC Mediterranean Shipping Company & CMA CGM contrôlent 80% des capacités conteneurisées déployées sur les ports de la rangée Dakar-Pointe-Noire, et ce malgré la présence de nombreux outsiders et armements spécialisés dits "de niche" (situation recensée fin 2018).

Face à cette situation et au moment même où s'inaugurent les premières réalisations de la zone de libre-échange de commerce continental africain, le marché africain se caractérise par l'absence d'un organe supracontinental de régulation à l'instar de celui de la FMC à Washington ou de son équivalent chinois basé à Beijing. Le continent, moins de 5% du total des valeurs internationales échangées par voies maritimes, ne dispose d'aucun levier pour endiguer des pratiques qui impactent directement le fonctionnement socio-économique de nations pourtant déjà parmi les plus pauvres de la planète.